translation to come _Psico-trame

L'artiste Psico dessine, crée, revisite, applique soigneusement, le tout dans des laps de temps précis. Il doit finir ce qu'il a commencé car une perception erronée des couleurs ne lui permet pas de reprendre là où il s'est arrêté.



En quelques mots tu peux nous parler de ton dernier mois en termes de création ?

Masque, Panthère Rose et paon... Ce mois d'avril a été chargé et original au niveau des commandes puisque j'ai dû réaliser un détournement humoristique de la Panthère Rose sur un support bois de 185 x 35 cm.

J'ai aussi travaillé le design d'un masque pour le clip d'une amie parisienne, imaginé un scénario par rapport à la musique et aux paroles, recherché les matériaux, les transformer, les transcender. Un travail qui a été intéressant à réaliser et qui change des projets habituels.

Et la prochaine toile qui va sortir de mon atelier est un paon sur un châssis 3D de 150 x 50 cm, revisité façon Psico.


Tu parles dans une interview que tu as fait un CAP cuisine, tu fais un lien avec ce que tu fais aujourd'hui ?

Ce que je fais aujourd'hui, ce que je faisais hier et ce que je ferai demain. Pour moi la cuisine est un art au même titre que la peinture ou encore la sculpture. Choix des matériaux, réflexion, décoration, composition, innovation.

On peut choisir de se tourner vers une cuisine quantifiée et technique comme la pâtisserie, vers une cuisine plus créative et sans contrainte, ou encore s'acharner à perfectionner une recette traditionnelle française.

Des niveaux que l'on retrouve aux travers de tous les arts, ainsi le perfectionnisme de la pâtisserie pourrait se comparer au travail de la perspective ou encore des gammes en musique. Le côté plus créatif et libre s'apparenterait à de l'expressionnisme ou de l'art abstrait, etc. Chaque discipline propose un panel de « styles » que l'on peut et que l'on doit assortir au mieux à sa propre personnalité et à ses capacités créatives afin d'être le plus à l'aise et efficace dans ses réalisations.


Et si tu avais continué dans cette voie, quelle type de cuisine tu ferais ?

Même s'il est vrai que mon travail reflète une certaine rigueur et une régularité je serais plus parti dans la cuisine créative et conceptuelle. Peut-être penser un restaurant où les plats changeraient toutes les semaines suivant des thématiques, un restaurant où le chef composerait lui-même les plats à l'aide de mots clés fournis par les clients. Une cuisine qui surprend visuellement et de par son concept, qui finira toujours par régaler les papilles des gourmets.


Tu fais des choses très colorées, tu peux nous parler de tes choix de couleurs ? et comment tu les mélanges ?

Il est vrai que mes codes couleurs sont l'une de mes particularités. Vitraux pop, fauvisme, peinture naïve sont des termes que les gens utilisent parfois pour parler de mon travail. « Une avalanche de couleurs reste sans force » à dit Henri Matisse mais il ne connaissait pas encore Posca !

Le fait d'utiliser beaucoup de teintes différentes permet d'apporter du dynamisme et de l'harmonie. Je travaille les aplats par opposition et contraste, ce qui donne un rendu plutôt acide et saturé des sujets que je traite.

On pourrait croire que le sujet et le message se perdent dans ces avalanches de couleurs, ces oppositions de valeurs froides et chaudes mais je pense au contraire apporter de la cohérence et des indices.

Très porté sur le symbolisme mythologique et religieux j'utilise aussi le code et la signification des couleurs. Un bleu pour l'infini, un violet pour le mystère ou un orange pour le dynamisme. Aucune couleur n'est choisie par hasard même si des fois elles s'invitent sans que je les remarque.



« Certaines disciplines comme l'aquarelle ou la peinture à l'huile sont très compliquées pour moi, voire impossible. »

 




Tu es daltonien, tu peux expliquer ce que c'est ? et ce que ça implique dans ton travail ?

L'expliquer est assez difficile car le ressenti est très personnel, disons pour simplifier que devant certaines couleurs, notamment des pastels, des métallisées, mon cerveau n'arrive pas à déterminer le nom de celle-ci ni vers quoi elle tend.

De même qu'à un certain degré de teinte, le rose et le gris, le vert et le rouge, le marron et le rouge, le bleu et le violet sont identique pour moi. Il m'est arrivé de commencer un extra contour d'une de mes pièces graffiti en orange pour la finir le lendemain en vert, sans m'en rendre compte pour autant. Il faut donc que je sois méthodique et ordonné pour ne pas me perdre dans des dégradés et bien ré-utiliser la même teinte pour les retouches finales.

Pour l'anecdote, si au début j'ai acheté des produits Posca c'est parce que contrairement à certaines marques ils étaient les seuls à marquer clairement le nom des couleurs sur leurs feutres ! Les autres marques de matériel street art s'amusent à nommer leurs produits avec des noms tout droit sortis d'Ikea ont un très mauvais service marketing car il y a beaucoup plus de daltoniens que l'on croit, et ils ne se tourneront pas vers ces couleurs au noms mystérieux.


Tu penses que c'est un avantage ou un inconvénient ?

Les deux. Autant le fait d'utiliser les couleurs sans se contraindre à leur utilisation habituelle ou le fait d'oser une opposition entre un bleu nuit et un lilas sont des avantages, car je suis au final plus libre qu'un artiste qui va respecter la complémentarité des couleurs. Autant certaines disciplines comme l'aquarelle ou la peinture à l'huile sont très compliquées pour moi, voire impossible.

Mis à part si je fais la toile « d'un seul trait », ce qui n'arrive quasiment jamais, il me sera impossible de recréer une teinte ou de faire des retouches car je suis incapable de reproduire une teinte précise. De même que si je commence une chevelure avec plusieurs teintes de bleu et de violet j'ai plutôt intérêt à marquer les couleurs exactes pour pouvoir les retrouver et ainsi finaliser mon visuel.

Au final je pense avoir réussi à transformer ce « handicap » en force, ainsi je souris intérieurement à chaque fois qu'un festival ou qu'un client fait appel à moi justement pour mon traitement des couleurs. Comme quoi, c'est amusant de voir que c'est à l'aveugle qu'on demande d'ouvrir la voie.