Soleil levant, skateboard marquant / translation to come 

 


Monsieur Takahiro Morita est une légende vivante au Japon. Artiste et plasticien, il est aussi skateur et à la tête de nombre de projets. Il ne s'arrête jamais.

La pratique du skateboard il l'a amenée ailleurs, surexploitant les obstacles de la ville, mais aussi se laissant aller corporellement pour se rapprocher de la danse, en imaginant toutes sortes de chorégraphies, avec costumes et déguisements, et autres tentatives de sortir des sentiers battus. Morita s'exprime, d'une manière peu conventionnelle, avec des convictions bien à lui, et surtout une volonté de marquer son époque, et d'exceller. Il s'agit aussi de ça, de porter une pratique, une discipline, a priori conventionnelle et aux codes rigides – une planche et quatre roues – à se transcender.

Pour cette exercice / performance au musée Ichihara Lakeside à Chiba, en banlieue de Tokyo, c'est le dessin allié à la vitesse et aux courbes qu'il va mettre en exergue. Il customise son skate d'une petite brosse, la trempe dans l'encre noir et trace des lignes à force de circonvolutions en "ridant" les modules, qu'il a lui-même pensés.

Ce que vous ne savez probablement pas, d'où le lien, c'est que Posca est un produit japonais, officiellement labellisé d'excellence, pour les petits et les grands, pour qu'ils s'expriment à travers le dessin, et toutes les utilisations qu'ils peuvent en faire. Un hasard, une coincidence, finalement pas vraiment...

source