De Toulouse à Kitintale

Roule Petit Ougandais est une association loi 1901 basée à Toulouse. Jean-Claude Géraud en est l'initiateur et le fondateur. Il fait (très bien) du skate et a passé une partie de sa vie en Côte d'Ivoire, pays duquel il est originaire. Il s'investit activement pour faire exister la scène locale, pour mieux délocaliser ses envies. Et cotôie régulièrement Lucas Puig, le skater français le plus connu à l'étranger et n'hséite pas à voyager pour présenter son projet.

 

En 2012, Jean-Claude tombe sur les photographies de Yann Gross en Ouganda. Le photographe Suisse est allé plusieurs fois dans la ville de Kitintale et a documenté les premiers émois de la jeunesse sur des skateboards. Des images qui vont faire le tour du monde. De photos en projets, la mayonnaise prend, et ça devient réalité, dans un pays où les trottoirs et les routes ne sont pas toujours en parfait bitume.

Jean-Claude souhaite soutenir ce projet, entre en contact avec Yann, qui le redirige vers USU - Uganda Skateboard Union, et Ugandaskate Boarderassociation, des associations locales. David Kizza Muribu deviendra son interlocuteur privilégié, et lui fera un exposé précis de la situation et des besoins.


 

Quand tout se met en branle, les idées fusent. Jean-Claude a un objectif : trouver de l'argent pour envoyer du matériel sur place, sachant que c'est l'unique moyen pour faire évoluer la scène et avoir des liens forts avec les habitants. La corruption et le détournement étant de mise, il ne peut se permettre d'envoyer directement des deniers. Le colis bien fourni s'impose.

Les skate-shops locaux suivent et des marques vont donner un coup de pouce au jeune homme. Supra, Krew, Vans, ainsi que les magasins Oklahoma, Guest et Official seront des soutiens sans faille pour relayer l'information et donner planches et chaussures.  

Pour concrétiser son projet, Jean-Claude organise une exposition et demande à une trentaine d'artistes de customiser des planches de skate. Môt, Supakitch, Alex Fernandez, Little Madi, Tilt, Lenz et bien d'autres acceptent, et seront exposés à la galerie Agama, en centre-ville. Le succès est au rendez-vous, les planches vendues sur Ebay, 5000 euros seront empochés. Cinq mille euros qui seront investis pour envoyer les premiers colis.



La suite, Jean-Claude y a déjà pensé, il veut est en train de monter une exposition à Paris, et il souhaite faire parvenir aux Ougandais du matériel pour se filmer et se prendre en photo, rendre le projet plus visible et activer de nouveaux soutiens. Bien évidemment, il prépare le premier voyage sur place, pour rendre visite à ces futurs professionnels et réaliser un pont entre les cultures et différences, à travers une activité devenue universelle.

FACEBOOK