Madame Kawaii

 

« J'ai 28 ans et j'habite Worcestershire en Angleterre. La journée, je suis graphiste pour une boîte d'édition de magazines. Le soir, je deviens Miss Wah. Je dessine, peins, customise, sur des murs ou des objets. Vous demandez, je réalise. »

Miss Wah est une boule d'énergie, sur tous les fronts, de la plage aux ruelles sombres, elle s'adonne à son art. Elle aime le rose et les Kawaii, est accro aux réseaux sociaux et manie l'humour et l'autodérision, même par Email ! Un chouette p'tit bout de femme...
 

 
 

* Quand et comment tu as commencé à dessiner ?

J'ai commencé comme la plupart des artistes, en dessinant et gribouillant pour le plaisir, quand j'étais jeune. Quand j'allais à l'école primaire, je recouvrais mes cahiers de tous les trucs qui me passaient par la tête. J'ai toujours eu un côté artiste depuis ce moment-là, et j'ai dessiné sur tout ce qui était possible ; comme les lettres de la banque ou sur les magazines qui pouvaient traîner, surtout ceux avec des filles aux sourires niais, qui devenaient rapidement des pirates avec des bandeaux sur l’œil et des temps pourries.

Je crois que ça a été décisif il y a quelques années, quand mon père m'a offert des bombes de peintures et des feutres pour Noël. - Sachant que j'ai presque 30 ans, je pense que lorsqu'il m'a fait ces cadeaux il a pensé que j'étais suffisamment mature, et qu'il n'aurait pas à venir me chercher au commissariat. - J'ai fait pas mal de peinture sur toile, des stickers, des pochoirs, et ensuite j'ai passé le cap et j'ai peint avec des bombes sur les murs au début 2013 !

 

* Au début, tu aimais quoi en dessin ?

J'aimais bien Disney au début, et tous les trucs un peu magique – et j'aime toujours ça ! - C'est sûrement de là que viennent les trucs mignons que je fais. Mais bon, je ne me rappelle pas si loin que ça !

Sinon, j'ai retrouvé ma collection de Pogs, un jeu des années 90, et les dessins sont absolument fabuleux [les pogs sont des petites cartes rondes – ndlr], je crois que je suis pas mal nostalgique de cette époque. Je crois que j'ai toujours eu ces cartes dans un coin de ma tête depuis toutes ces années.

 


* Comment tu es devenue Miss Wah ?

Un graphiste de mon taf m'a donné ce surnom il y a environ 5 ans. Mon prénom est Sarah, il il m'appelait Sar-Wahhhhhh, et souvent en criant, ensuite c'est devenu tout simplement Wah.

Quand j'ai commencé à faire des stickers, j'ai utilisé le nom Wah. Quand j'ai commencé, la scène locale était vraiment masculine, alors j'ai voulu me détacher avec une touche féminine, et puis je ne voulais pas que l'on pense que j'étais un mec qui collait des stickers rose. Ensuite, je suis devenue Miss Wah. Donc un grand merci à Lee qui m'a baptisé ainsi par hasard.

 

* Le Street art est une activité où l'on retrouve souvent des hommes, ça n'a pas été difficile de te faire une place ?

C'est vrai que le Street art est plutôt un environnement masculin, mais je crois que ça évolue, depuis quelques temps, il y a des filles qui réalisent des choses incroyables, et qui sont connues à travers le monde.

Comme tu peux le constater, ce que je fais est très 'girlie' et mignon, alors forcément j'aurais peu de chance dans une battle de graffiti. Mais j'adore ce que je fais. Ça me motive et me donne le sourire. Je suis sûr que quand tu vois une glace ou un cupcake avec des oreilles, ça te fait marrer, non ?

Mais je dois avouer que depuis que j'ai commencé, je n'ai eu qu'encouragements et félicitations de la part des mecs et des nanas, et je sens vraiment que l'on se sert les coudes entre nous. Je respecte tous les artistes pour leur motivation à faire ce qu'ils font ; mais comme partout, les gens ont aussi leurs travers alors c'est quand même difficile d'apprécier tout le monde. Vivre dans mon petit monde rose avec tous mes 'amis' me rend heureuse.

 


* Le Street art est devenu très prisé en Angleterre depuis que Banksy est connu, tu aimes son travail ?

Bien sûr ! J'aime l'artiste, quel qu'il soit, son travail est politique et fin, il est reconnu dans le monde entier et il a mis le Street art en une des journaux. Je trouve ça vraiment bien, et je crois que ça a motivé plein de gens à s'exprimer via la création. Bon, par contre le travail de Banksy a vraiment été copié et recopié, et en plus par des gens qui ont vendu des produits sans le consulter, et je crois que ça a parfois démystifier son travail.

Mais bon, j'aime le mystère qui l'entoure, c'est un peu Batman sans cape avec une bombe de peinture ! D'ailleurs son happening récent à New York est incroyable !

 

 

* Comment tu définirais ton style ?

Mon travail est un mélange de tout ce qui me rend heureuse. Des personnages gais avec le crâne apparent pour assombrir le tout. Du rose et des couleurs pastels avec une touche de Japon et du Kawaii à volonté – Kawaii signifie mignon en japonais au cas où - . J'ajoute aussi des symboles ou des phrase des mes films favoris ou émissions de télé. Certaines sont tellement métaphoriques que parfois personne ne les remarque.
 

* Tu dessines plein de choses en rapport avec le Japon, tu regardes le travail de certains artistes japonais ? Tu es déjà allée là-bas ?

Franchement, je dois avouer que je dessine les trucs qui me passent par la tête, et j'ai toujours aimé les dessins qui reprennent des trucs mignons et que j'aime bien. Quand j'ai découvert ce terme 'kawaii', c'est là que j'ai trouvé un terme qui englobait ce que je faisais.

L'un des premiers personnages dont je suis tombée amoureuses, c'est Treeson, de l'illustratrice de Hong Kong, Bubi Au Yeung. Ses perso sont beaux, simplement dessinés, suffisamment mignons pour faire fondre les cœurs. Je crois que là-bas, ma créativité serait exponentielle et je m'imagine tout à fait déambuler avec un grand sourire et en applaudissant compulsivement comme une tarée (oui, oui, je fais souvent ça!;) Le Japon est un endroit que je désire vraiment visiter.

 

* Qu'est-ce que tu préfère dessiner ? Et la chose la plus étrange sur laquelle tu as dessinée ?

Hmmm... J'aime bien les grands murs blanc, et une grosse boîte de Posca noir bien larges, mon casque et une bonne sélection, c'est un premier pas pour être tout à fait bien ! Ça m'occupe pendant des heures ! J'aime aussi tut simplement dessiner dans mon Moleskine quand je voyage ou alors à la maison, juste en noir et blanc, des traits fins et se laisser aller pages après pages...

Sinon, la chose la plus étrange ?... J'ai dessiné sur des gens il y a longtemps (Bon, bien sûr, je ne fais pas ça sur les passants dans la rue, ce serait vraiment trop bizarre;) Et il y a la planche de surf pour le GromSearch, sur la plage de Croyde. Il fallait que la planche ne bouge pas et dessiner dessus entre des rafales de vent, de pluie et de sable, c'était un sacré challenge. C'était un peu comme de dessiner en faisant du rodéo !

 

* Tu as confié que 2013 avait été une années riche en événements...

Yep, 2013 a tout simplement été incroyable ! Déjà, le fait d'avoir été sponsorisée par Posca et de voyager à travers le pays pour des événements et peindre avec des noms du Street art, c'est vachement chouette !

J'ai aussi bossé avec pas mal de marques comme Hobbycraft, Stickems™, Wrappz™, Anime Imports, Tofu Cute et Kawaii Cupboard, ce qui m'a permis de gagner pas mal de followers sur Twitter. Et en plus j'ai fait un trip à Paris pour aller peindre avec le Street artist Artista, qui a été un très bon moment. Et il y a eu le Upfest de Bristol...

Des centaines d'artistes postulent et j'ai eu la chance d'être sélectionnée. Le Upfest est le plus gros festival de Street art d'Europe. Environs 250 artistes du monde entier viennent pour peindre sur des murs, des planches et autres, mon pote My Dog Sights a même peint un van ! (avec permission bien sûr!) J'ai rencontré pas mal de monde et j'ai aussi un paquet de souvenirs inoubliables.

 


* Tu travailles avec des marques, Comment tu gères avec tes projets personnels ?

J'ai un travail à plein temps, et en plus je participes à des événements, ce qui ne me laisse aps tant de temps que ça pour autre chose. Mais je crois que c'est important d'avoir en tête que l'on bosse 'pour soi', ce qui permet de conserver un certain enthousiasme. L'une des pièces que j'ai faite récemment est sur une planche de skate vierge, que j'ai trouvé lors d'un voyage, j'y ai fait un dessin avec des fines lignes entremelées, très simple, et c'est devenu l'une de mes œuvres favorites.

J'ai vraiment dans l'idée de mettre de moi dans chaque pièce que je réalise. Je souhaite que celui qui regarde éprouve autant de plaisir que moi. Je vais bientôt participer à une expo collective à Norwich, qui s'appelle Art is in my mouth ; je suis vachement excitée par cette expo, je vais montrer des choses à côté de pas mal de mes 'héros', notamment le fameux London Police ; et je pense que je mettrai ma planche de skate.



* Tu sembles très à l'aise avec les réseaux sociaux, tu penses que les artistes ne peuvent pas ne pas y être ?

Personnellement, je serais perdue sans les réseaux sociaux. Sérieux, qui ne regarde pas Facebook, Instagram, Twitter, Pinterest et Youtube en se levant le matin ? Bon, ok, je suis peut-être un peu accro. Plus sérieusement, c'est vraiment des plate formes d'échanges incroyables pour les artistes, et c'est quasiment gratuit. Ça ouvre des portes, à des artistes comme moi notamment, même si je n'ai pas besoin de tout ça pour prétendre être une artiste. Ce sont des plate-formes sur lesquelles tu peux montrer ton travail, tester des choses et faire découvrir de l'art à des gens qui n'ont jamais entendu parler de Street art.
 

* Pour conclure, quelle est ta couleur favorite ?

ROSE ! Bien sûr ! Mais sachez que je ne m'habille pas tout le temps en rose, et ma maison n'est pas rose. J'aime seulement la couleur. C'est chouette et mignon. Je me force à utiliser d'autres couleurs, mais je crois que je suis heureuse avec du baby blue, violet, blanc cassé et rose... Je devrais plutôt dire du ROSE WAH !;)


 
INTERNET
FACEBOOK
TWITTER
INSTAGRAM