PAULINE À LA PLAGE

 
On a déjà rencontré Pauline, c'était il y a trois ans. Voici un résumé de ce qu'elle a fait, ce qu'elle fera, de son point de vue sur sa pratique artistique. Une jeune femme motivée par l'océan, le surf et les couleurs.
 


Trois ans sont passés depuis ton interview, tu peux nous faire un point sur cette période ?

DE LA VIE, DES COULEURS, DE LA LUMIÈRE. ENTRE BOIS, TISSU ET RÉSINE

J’ai fait pas mal de collaborations, entre autres pour une capsule avec Oxbow en 2013. J’ai travaillé sur des maillots de bains et boards-shorts, une ligne de sacs, etc. Et j’ai eu l’occasion d’exposer dans plusieurs magasins et de participer à la décoration des vitrines.

J’ai réalisé des custo à la pyrogravure sur des hand-planes avec UhainaPo, des trophées pour la fondation Quiksilver et ceux des championnats de France de Surf. J’ai participé à plusieurs événements/expo, la plupart étaient des custo de boards.

J’ai également fait des expositions chez Bye Bye Bandit, Keep A Breast, Patagonia à Bordeaux et à la Galerie de mon ami peintre Jacques de Kerdrel en Bretagne. J’ai aussi participé à deux éditions
du Festival Vagabonde aux côtés d’artistes surf art.







Y-a-t-il une technique que tu utilises plus aujourd’hui ?

TOUJOURS LÀ

J’utilise plusieurs techniques. J’alterne entre Posca sur bois, encre de chine, gravure, peinture et pyrogravure. Depuis un an je me suis attardée sur des techniques de gravure afin de gagner en dextérité.

C’est un long processus d’appropriation, la gravure demande de la minutie, de la précision et de la pratique. J’ai voulu approfondir mes techniques de linogravure notamment pour faire davantage vibrer mes dessins. Les croquis que je réalise sur le vif m’aident, car la plupart de ces effets graphiques viennent enrichir mes gravures.

J'ai constaté que les techniques que j’emploie se complètent, varient d’une l’une à l’autre, m’offre de nouvelles découvertes. Les retours des gens sont très enrichissants. Souvent ces critiques m’aident à peaufiner mon travail. Les avis de mes pairs jouent un rôle très important, j’y suis particulièrement attentive, ils me font progresser.

 

"C’est toujours utile d’avoir une deuxième main pas loin quand l’autre est fatiguée !"



Il y a moins de mouvement dans ce que tu peins, c’est en rapport avec ce que tu vis aujourd’hui ?

RESPIRER , REGARDER, ÉCOUTER , CRÉER

Je suis beaucoup dans la contemplation. Peut-être que cela se ressent dans mes dernières œuvres. Je constate que l’Art et la Vie s’entremêlent constamment. Par conséquent, oui, je reste persuadée qu’il s’opère un rapport entre ce que l’on peint et ce que l’on vit. Selon l’angle de vue, on peut interpréter les œuvres des artistes et leur attribuer un sens, une définition, une histoire.

Il existe un échange continuel entre la pensée de l’artiste et l’œuvre finale. Le créateur de l’œuvre est motivé par une idée qui donne la touche, le point de départ, la couleur et l’ambiance.
La plupart de mes tableaux sont narratifs, c’est sûrement pourquoi on m’a souvent dit qu’ils ressemblaient à des vignettes de bande-dessinées.

J’ai longtemps voulu obtenir dans chaque tableau l’effet d’une capture d’instant, et je pense que cela est encore sous-jacent. Il est probable qu’il se mêle à cette volonté une attention plus soutenue aujourd’hui. Depuis deux ans je privilégie des temps de création plus longs entre chaque exposition, de sorte que ma marge de progression et d’appropriation s’étire davantage. Peut-être, cela se ressent-il directement dans mes créations ?






Le surf est toujours au centre de tes images, qu’est ce que cette pratique a pu t’apporter en plus ?

ÊTRE SURFEUR ET PLUS QUE ÇA

Ma pratique du surf est toujours une source d’inspiration. Il m’apaise, l’immersion dans la nature me nourrit et surfer me fait me sentir vivante. Je tente de m’attarder sur la philosophie et le mode de vie qu’induit cette pratique. Surfer c’est plus que ça.

Le chemin qui mène jusqu’à la côte atlantique, les matériaux employés pour shaper les supports de glisse, le bois, la végétation, les symboles sont autant de sources d’inspiration qui accompagnent les surfeurs. Et par conséquent mon regard d’artiste se mélange à tout ça. Un sacré combo inépuisable et toujours ouvert à la découverte !

Je crois aussi que je suis sortie de cette inspiration océanique - pour mieux y revenir - ; pour créer une autre histoire. Lors de mon exposition chez Bye Bye Bandit à Bordeaux, j’ai exposé ma série intitulée Legend, autour de l’idée de la représentation d’une tribu de femmes - mi-indiennes d’Amérique et d’Inde, mi-africaines -, j’ai créé un nouveau paysage sans vagues ni surfeurs, sans pins ni palmiers.

De la création de cette tribu et de leur milieu de vie sont nées des légendes qui ont été le tremplin vers de nouveaux graphismes. À l’occasion de l’expo, j’ai customisé des hachettes à la pyrogravure et aux Posca.


Je viens de remarquer que tu es gauchère, tu penses que ça a inspiré tes images ?

UN TRUC EN PLUS ?

Honnêtement je ne sais pas si être gauchère change quelque chose, mis à part que l’on tache plus facilement nos travaux ! Je suis ambidextre car je me sers quelque fois de ma main droite pour graver et peindre. C’est toujours utile d’avoir une deuxième main pas loin quand l’autre est fatiguée ! :)



FACEBOOK
PHOTOGRAPHIE GRAVURES PAR JULES DESPRETZ